Un site de bon sens

C’est quoi l’Adblue
13 juin, 2018, 16 h 00 min
Classé dans : Non classé

Quelle que soit la voiture que vous conduisez, vous pourriez avoir vu AdBlue et vous êtes demandé si vous en avez besoin dans votre voiture. AdBlue est un produit chimique – fabriqué à partir d’eau purifiée et déminéralisée et d’urée – qui aide à réduire les émissions nocives produites par les moteurs diesel. Si vous conduisez une voiture à essence, vous n’aurez pas à vous en préoccuper. Les constructeurs automobiles utilisent AdBlue pour rester au fait des objectifs de réduction des émissions. Les règlements les plus récents sont Euro 6 et sont entrés en vigueur en 2016. La plupart des voitures diesel construites depuis 2016 utilisent une technologie appelée réduction catalytique sélective (SCR), qui injecte essentiellement de petites quantités d’AdBlue dans les gaz d’échappement de la voiture. Lorsque cela se produit, et que l’AdBlue rencontre l’échappement chaud, il libère de l’ammoniac et entraîne une réaction chimique qui dégrade les éléments nocifs (oxyde d’azote et dioxyde d’azote) et produit de l’azote et de l’oxygène inoffensifs. Ma voiture utilise-t-elle AdBlue et comment puis-je recharger AdBlue? Vous ne savez peut-être pas si votre voiture a besoin d’AdBlue jusqu’à ce que le voyant s’allume le tableau de bord, mais c’est un bon travail de vérifier si votre voiture est équipée de la technologie SCR avant cette date. Parlez au concessionnaire ou au fabricant à qui vous avez acheté votre voiture ou consultez le manuel. Le bouchon de remplissage AdBlue se trouve généralement à côté du bouchon de réservoir, mais il peut aussi être placé dans la botte ou parfois sous le capot. Si vous parcourez beaucoup de kilomètres – et que vous possédez une nouvelle voiture diesel – vous devrez peut-être recharger votre AdBlue entre les services. Mais c’est facile à faire. Ouvrez le bouchon de remplissage AdBlue, ouvrez votre bouteille d’AdBlue et laissez-la couler dans le réservoir. La plupart des AdBlue sont livrés dans un contenant pratique qui ne s’égouttera pas. Évitez de l’appliquer sur votre peinture, car cela pourrait l’endommager, et bien que ce soit sans danger pour les gens, lavez-vous les mains si vous en avez sur vous, car cela pourrait brûler. Vous devrez peut-être ajouter un montant minimum lors du remplissage pour obtenir le voyant d’avertissement de votre tableau de bord – généralement trois à cinq litres. Vous pouvez acheter de l’AdBlue dans les stations-service, les supermarchés, Halfords, Amazon et les stations-service. Sur Amazon, pour Par exemple, 10 litres d’AdBlue coûtent 10 £. Notez que vous ne pouvez pas garder une bouteille d’AdBlue à moitié vide dans votre garage, car les objets dans l’air la contamineront et peuvent changer la composition chimique. Aussi, ne le laissez pas dans votre botte car les fuites ou les fuites endommageront votre intérieur. Que se passe-t-il si ma voiture est à court d’AdBlue? Si votre voiture est complètement hors d’AdBlue, elle ne démarrera pas. Mais vous recevez beaucoup d’avertissement avant que cela n’arrive. Malheureusement, il n’y a pas de formule magique pour savoir combien et à quelle vitesse votre voiture utilisera AdBlue. Cela dépend de la voiture que vous possédez, de votre kilométrage, de votre conduite et des conditions environnementales. Les tailles des réservoirs AdBlue varient également d’un modèle à l’autre (généralement entre 5 et 20 litres), bien que la plupart des fabricants calculent la durée de vie moyenne d’un réservoir d’AdBlue. Si vous avez un service à prix fixe, l’ajout d’AdBlue sera probablement inclus dans ce coût. Mais si vous payez pour vos services individuellement, il peut être moins cher de le remplir vous-même. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog des plus belles voitures du monde qui est très bien fait sur le sujet.



Quelle stratégie des entreprises chinoises du secteur extractif dans l’Arctique ?
6 juin, 2018, 12 h 29 min
Classé dans : Non classé

La fonte de la banquise arctique laisse entrevoir la possibilité d’un accroissement rapide de la navigation dans l’Arctique, et de facto une plus grande accessibilité aux gisements miniers de l’Arctique. Dans cette perspective, la présence d’entreprises chinoises dans le secteur extractif dans l’Arctique a engendré de nombreuses spéculations sur les motivations des entreprises chinoises dans cette région. Quelle est leur stratégie ? Poussée par une croissance économique rapide ces trente dernières années, les importations chinoises en matières premières minières ont considérablement augmenté depuis le début du XXIe siècle (Têtu et al. 2015b ; Têtu et Lasserre, 2017). Ainsi, depuis 2008, la Chine est devenue le premier consommateur mondial de nickel, de cuivre, de zinc, de charbon, de fer et d’étain. Par conséquent, de nombreux auteurs (voir par exemple Li et al. 2014) soulignent qu’une rupture majeure de ces approvisionnements aurait des conséquences néfastes sur l’industrie de la défense et un impact important sur la sécurité nationale du pays. C’est dans cette perspective que le gouvernement chinois encourage ses entreprises, depuis le début du XXIe siècle, à investir dans des projets miniers outre-mer afin de sécuriser les approvisionnements en matières premières stratégiques. De fait, entre 2005 et 2016, des entités chinoises ont investi dans le secteur extractif sur l’ensemble des continents de la planète, à l’exception de l’Antarctique, protégé par un traité international qui proscrit toute activité minière sur le continent. Dans l’Arctique, une région définie comme les terres submergées au-delà du 55e parallèle nordique, l’allongement de la période de fonte de la banquise estivale rend plus accessibles routes arctiques et sites d’exploration miniers de la région. Dans cette optique, la Chine, qui n’est pas un État côtier de l’Arctique, est attentive au potentiel minier de la région (Alexeeva et al. 2015). Dans ce contexte d’ouverture relative des Passages arctiques, les entreprises chinoises seraient en mesure d’effectuer des économies sur les coûts de transport maritime, et pourraient plus aisément accéder aux gisements miniers de la région (Beveridge et al. 2016). Malgré le développement précoce d’un programme chinois de recherche polaire, l’affirmation d’une volonté politique est un fait récent. Son intérêt, incarné principalement par sa demande d’admission comme membre observateur au Conseil de l’Arctique qu’elle a obtenu en mai 2013, représente une manœuvre politique et diplomatique qui semble fondamentalement mue par le souci de préserver un accès aux ressources de la région (Huang et al 2015). Or, les tentatives d’acquisitions d’entreprises canadiennes par des entreprises chinoises ces dernières années, pensons à la saga PotashCorp et Noranda inc., ont laissé naître l’idée, répandue dans les médias occidentaux, que ces entreprises recevaient de l’argent du gouvernement, des renseignements pour faciliter leur pénétration des marchés étrangers, ou qu’elles agissaient pour le compte de l’État. De fait, la question qui se pose est la suivante : quels sont les facteurs qui déterminent les choix des sites par les entreprises chinoises dans le secteur extractif dans l’Arctique ?



Dans les airs
5 avril, 2018, 16 h 14 min
Classé dans : Non classé

On ne choisit pas le moment d’une révélation. La preuve : la semaine dernière, j’ai effectué un saut en chute libre près de Péronne, et alors que j’étais dans l’avion, j’ai soudain été convaincu d’une chose : que l’Europe allait prendre son envol. Pourquoi avoir eu une telle pensée dans de telles conditions ? Je ne sais pas. L’esprit humain est quelque chose de bien mystérieux, parfois ! Toujours est-il que j’ai compris une chose : jamais les conditions n’ont été aussi favorables à l’Europe qu’en ce moment, et ce en dépit de, ou grâce aux menaces qui la guettent ! Cette pensée a été si rapide que je ne me rappelle pas tout, à vrai dire. Mais il n’y a pas à chercher bien loin pour retrouver la logique de la chose. Avant tout, il y a l’incidence du Brexit qui n’est pas négligeable. De ce point de vue, on peut dire merci à nos voisins outre-Manche : ils ont forcé les Etats membres à réagir et à voir à quel point l’Europe est menacée de délitement. Ensuite, il y a bien évidemment nos élections. Avec l’avènement de Macron, le tandem franco-allemand pourrait fort bien profiter d’une nouvelle dynamique qui sera très favorable à l’Europe. Cette relance semble d’ailleurs bien partie, étant donné l’accueil qu’a reçu Macron à Berlin. En outre, les deux se sont déclarés favorable à un changement de traité pour réformer l’Europe : une éventualité qui était, jusque-là, parfaitement impossible aux yeux de la chancelière. Et surtout, il faut prendre en considération la vague populiste qui a récemment renversé l’Amérique (parce que oui, avec un Trump complètement erratique à la tête du pays, on peut vraiment dire que les Etats-Unis sont tombés). Face à de tels enjeux, il est plus que temps pour l’Europe de se souder vraiment et d’aller de l’avant. C’est le plus souvent sous la menace extérieure que les gens se rassemblent. Si c’est le cas, l’Europe qu’ambitionnait Robert Schuman pourrait très bien fleurir au milieu de cette période plus que troublée. Sinon, si vous aimez les expériences inédites, je vous invite à essayer le saut en chute libre : les émotions qu’on a là-haut sont résolument extras. Voilà le site où j’ai dégoté ce saut, pour ceux que ça intéresse. A lire sur le site de ce de baptême de parachute à Péronne.

parachute3 (6)



Les engagements d’Hachette : variables selon les pays
28 mars, 2018, 16 h 55 min
Classé dans : Non classé

Selon Hachette Livre, « la responsabilité sociale et environnementale est l’une des valeurs essentielles ». Le groupe international reconnaît par ailleurs une responsabilité sur la performance environnementale, l’empreinte carbone, l’usage responsable des ressources naturelles, l’impact sur les forêts menacées. Ces axes de responsabilités sont toutefois déclinés de façon différente d’un pays à l’autre, chacune des filiales nationales élaborant sa politique environnementale et fixant ses objectifs. En France, Hachette Livre a ainsi choisi de privilégier une démarche de bilan carbone triennal (scope 3) depuis 2009, réduisant ainsi de 16% en trois ans les émissions en équivalent CO2 d’un livre édité par Hachette en France, puis à nouveau de 10% entre 2012 et 2015. Hachette Livre a instauré en 2012 l’étiquetage carbone des livres. Entre 2010 et 2015, Hachette Book Group (USA) a divisé par deux son empreinte carbone. En 2015, il utilise 99,7% de papiers certifiés (toutes certifications confondues). Le Groupe a également augmenté la part de fibres recyclées de 10,5%. Hachette UK a choisi de s’engager dans le FSC. En 2014, 66,5% de la production totale de Hachette UK a été imprimée sur du papier FSC, avec pour objectif d’ici 2019 d’imprimer 80% de la production totale sur du papier certifié FSC. Il est vrai que le logo FSC est beaucoup plus connu et demandé par les lecteurs anglais et qu’en France l’influence du PEFC est forte. Depuis Harry Potter, le papier FSC est devenu la règle dans l’édition au Royaume-Uni.



Escapade luxe
3 février, 2018, 14 h 49 min
Classé dans : Non classé

Lors de l’organisation d’une escapade, les fonds sont probablement les demandes les plus importantes. Les particuliers essaient généralement de faire des économies, qu’il s’agisse de réserver des motels et des auberges de jeunesse à bas prix ou de dépenser moins d’argent dans les destinations et les établissements de restauration. Néanmoins, il existe un problème continu: un touriste doit-il économiser un voyage ou peut-être pas? Alors que vous pouvez faire face à cela, il est essentiel de comprendre quelles forces luxueuses ont autour du budget faire un voyage et comment trouver un excellent choix pour les vacances fantastiques. Vous trouverez la logique derrière la raison pour laquelle les gens choisissent habituellement la commodité et la haute classe autour du budget: Vous n’avez pas à rester dans une station bruyante avec d’autres voisins, se reposer dans des troubles mal à l’aise sans une toilette exclusive avec votre chambre. Les endroits de luxe pour rester tout ce qui peut vous aider à vous sentir réellement dans la maison, et aussi beaucoup mieux! Vous ne serez pas seulement ravi des sites et des destinations en ligne d’un autre pays, mais aussi de ses chambres d’hôtel invitantes et incroyables. À première vue, vivre dans des situations de luxe peut sembler inutile si vous avez l’intention de toujours sortir plus souvent qu’autrement. Malgré tout, après un long séjour dans une zone d’outre-mer, un hébergement fantastique peut être votre refuge grâce à toutes les conditions et installations importantes que vous pouvez avoir une détente exceptionnelle et de repos – salle de bain privée haut de gamme avec jacuzzi, petit club et télévision, héberger le temps du petit déjeuner et aussi des services professionnels sur place – et pouvoir vivre l’expérience du lendemain entièrement rajeuni. Alors que les touristes ordinaires font un effort pour économiser sur tout ce qui comprend des produits alimentaires, ce n’est pas vraiment une bonne alternative pour y parvenir avec des spécialités de la région. Pour décrire: si vous achetez des aliments autour de la route ou peut-être dans les lieux de restauration de second ordre, vous devriez être prêt pour la qualité de ne pas être à un niveau très élevé. En outre, les aliments de l’avenue ne signifie pas toujours un plat approprié. Dans les restaurants de 1ère vitesse, vous pouvez essayer les délices de la communauté parfaite et savourer les plats délicieusement nutritifs d’une culture internationale. Cependant, il peut sembler que la planification des déplacements par vous-même soit plus rentable, ce n’est pas toujours le cas. Un spécialiste itinérant établi réalise à coup sûr des moyens d’obtenir des sièges à vos plus grands sites Web aux prix les plus bas. En outre, ils pourraient avoir une variété de contrats particuliers que vous permettent de payer des coûts abordables pour de nombreux points d’intérêt. En outre, chaque fois que vous réservez une visite privée, vous pouvez apporter des améliorations là où vous le souhaitez – au cas où vous en produiriez un avis préliminaire. Vous pouvez même obtenir des techniques pour les questions que vous avez tout de suite et tout savoir sur une position par l’intermédiaire des phrases d’un guide qualifié, qui découvriront des techniques minimales relatives à l’évasion. Vous devez vous occuper de rien. Essayez de vous rappeler, vous avez un agent de voyages local qui se soucie de vous – c’est ce que le luxe indique. Donc, si vous souhaitez avoir un véritable reste sans problèmes sur les plans, les activités quotidiennes, les vols aériens retardés et les communications exposées – consultez un expert itinérant, et préparez-vous à vivre les meilleurs voyages en famille à tout moment!A lire sur le site spécialiste sur les plus beaux hotels du monde.



les influences des pouvoirs
26 janvier, 2018, 13 h 00 min
Classé dans : Non classé

La merveilleuse influence que les idées ont exercée sur l’homme montre encore la persistance et la puissance de l’éternel. N’est-il pas étrange de voir comment l’homme sert souvent, mais comme un simple instrument pour la réalisation d’une idée, et comment il est souvent emporté par une idée de faire des choses qui vont à l’encontre de ses propres intérêts et désirs personnels? Et quand lui et sa génération sont passés au-delà de la vue humaine, nous trouvons souvent qu’une nouvelle génération dirige ses efforts de la même manière, et nous nous demandons ce qui se cache derrière une telle continuité dans les luttes de l’humanité.  L’histoire des grandes personnalités dans les domaines de la littérature, de l’art et de la science montre de façon remarquable comment les hommes se sont élevés au-dessus des influences de leur temps, et au-delà de la fatigue crispante de la simple chair. Un grand penseur comme Aristote pourrait-il être entièrement conditionné par la chair et l’environnement? Et que dire des grands artistes et poètes qui ont conquis les chaînes de la finitude mortelle et respiré des mondes supérieurs? Chacun d’eux est un témoignage convaincant de la possibilité pour l’humanité de transcender la matière et de prendre à elle-même les ressources d’un monde plus profond.  Alors le mécontentement des âges avec leur connaissance limitée de la vérité ne peut que dire d’un grand éternel quelque chose qui remue à la base de l’âme humaine. Les gens d’aujourd’hui trouvent inadéquats les divers systèmes de l’époque; ils cherchent quelque chose de plus élevé, et le simple fait qu’ils cherchent au-delà de la matière et des simples qualités humaines subjectives est en soi un témoignage de l’existence d’un monde supérieur au matériel et au subjectif.  Qu’est-ce qui permet à un être humain de «vivre» dans l’expérience des autres qui ont vécu il y a longtemps, et pour le présent de conquérir et de modifier le passé? Comment expliquer le trait éternel de la pensée, les lois immuables de la logique, la consistance des idéaux moraux et leur transcendance sur la chair et les circonstances immédiates? Quelle est la force derrière l’idée, et comment pouvons-nous expliquer la lutte continue de l’humanité dans certaines directions? Et, enfin, qu’est-ce qui permet aux hommes de s’élever au-delà d’eux-mêmes, de secouer les entraves de la matière et du voisinage, et de plonger profondément dans le monde plus profond?



Les avantages du cloud computing
19 décembre, 2017, 18 h 50 min
Classé dans : Non classé

Le cloud computing a évolué comme un support et une plate-forme d’aide pour les entreprises à stocker et partager leurs données dans le nuage au lieu de leur propre disque dur. Cela leur a épargné beaucoup d’argent qui aurait été gaspillé dans l’achat de plus de dispositifs de stockage et les dépenses salariales du personnel. Avec une disponibilité de disponibilité de 99,99% et une mobilité améliorée, l’informatique en nuage est devenue la meilleure option disponible pour toute entreprise. Si l’on en croit les rapports, 734 milliards de dollars sont la taille estimée du marché du cloud et, à partir de cela, le cloud public représente 28%. Selon la dernière enquête, l’efficacité moyenne des processus a augmenté de 18,8% et son coût opérationnel a été réduit de 16,18%, ce qui justifie le succès du cloud computing. Les ressources informatiques qui devraient être utilisées de manière prépondérante pour le stockage de bases de données sont utilisées à des fins non productives comme les tests et la mise en scène. Ces types de fonctions auxiliaires n’exigent pas l’engagement continu des systèmes pendant 24 heures, ce qui augmente les coûts d’opportunité pour de tels systèmes. Les entreprises paient pour de tels services mais ne l’utilisent pas. Cela ne gonfle pas seulement leurs dépenses, mais occupe inutilement l’espace virtuel qui aurait pu être utilisé à des fins productives. MSP comme la bonne alternative Avec l’avènement du cloud computing, le monde a vu l’émergence de fournisseurs de services gérés (MSP) qui gèrent les fonctions informatiques de leurs clients à distance. Auparavant, les petites et moyennes entreprises avaient l’habitude d’embaucher des MSP en raison d’une infrastructure informatique interne insuffisante. Cependant, des tâches volumineuses et un budget limité ont forcé même de grands noms à recourir à la culture MSP. Les MSP gagnent une part considérable de leurs revenus de ces entreprises. Même alors, de tels MSP creuseraient-ils leur propre tombe en conseillant à leurs clients de réduire leurs dépenses sur les services de nuage menant à une chute de leur propre chiffre d’affaires? C’est quelque chose comme un hôtel organisant une campagne de régime. Oui, les MSP ont réalisé que leur succès réside dans la satisfaction des consommateurs. Au lieu d’essayer d’extraire le plus d’argent possible des clients, les conseiller et leur enseigner des méthodes efficaces de sélection pour les services de cloud semble être une activité plus attrayante pour les consommateurs. C’est leur nouvelle devise. Ils peuvent aider leurs clients à analyser leurs priorités afin qu’ils canalisent leurs fonds pour des services cloud productifs. Quand les clients obtiennent plus de valeur des services par dollar, ils voudraient certainement s’accrocher à leurs MSP. De plus, les fournisseurs de services gérés et leurs outils peuvent aider les clients à choisir la solution cloud la plus abordable en effectuant des comparaisons de coûts, des analyses, etc. Un autre changement majeur auquel assistent les MSP est que les clients veulent bien contrôler leurs services cloud au sein de leur infrastructure. Cela leur assure la confidentialité et la commodité de garder un œil sur le travail. S’ils ont des informations qui ne sont pas censées être rendues publiques, le cloud public n’est pas l’option la plus sûre. Ils voudraient évidemment que leurs données restent sous leur nez. Cela a donné naissance à un cloud computing en libre service dans lequel un client peut accéder aux données stockées et lancer n’importe quelle application sans avoir à demander de MSP. Ce type de cloud computing nécessite un haut niveau de planification, car un fournisseur de services doit être en mesure de concevoir le service de manière à ce que toutes les demandes des clients soient satisfaites automatiquement. Les outils libre-service dans les environnements cloud aident les clients à réduire leur dépendance à l’infrastructure de cloud externe. On estime que 60% du travail total sur le cloud sera effectué via SAAS (Software-As-A-Service) – outils de surveillance du cloud pour différents clouds publics tels que Azure, AWS ou Google Cloud. Des logiciels personnalisés seraient fournis aux clients et ils contrôleraient leurs services de cloud en utilisant ce logiciel installé dans leur propre infrastructure. Maintenant, chaque client peut contrôler et exécuter diverses tâches avec souplesse. Ce cloud libre-service permet à un fournisseur de services d’assurer la conformité réglementaire tout en gardant à l’esprit la confidentialité de ses clients. Conclusion Les consommateurs sont devenus plus conscients de leurs dépenses pour savoir où et comment dépenser de l’argent sur les services cloud. Cela pourrait être marqué comme le début d’une nouvelle ère de l’informatique en nuage où les services informatiques sont offerts avec un minimum de gaspillage de ressources et une étape majeure vers le cloud computing «vert». Encore plus d’information sur le thème en allant sur le site internet de L’Agence SEO.



Les hausses des cotisations
16 décembre, 2017, 9 h 05 min
Classé dans : Non classé

Les produits de la CNAV ont progressé de 2,9% en 2016, portés par le dynamisme des cotisations sociales qui en représentent près des deux tiers.  Ces recettes ont augmenté de 3,2% en 2016, soit un rythme supérieur à la progression de la masse salariale du secteur privé (+2,4%), et ont contribué à la progression globale des produits pour 2,1 points. Elles ont été soutenues par la poursuite des hausses de taux de cotisations (+0,1 point sur les taux de cotisation plafonnées, conformément au décret du 2 juillet 2012, et +0,1 point sur les taux de cotisation déplafonnées en application de la loi retraite du 20 janvier 2014).  Les contributions, impôts et taxes ont progressé de 4,4% en 2016, tirés à la hausse par les réaffectations de recettes prévues par la LFSS pour 2016.  Par ailleurs, les transferts reçus ont faiblement progressé en 2016 (+0,7%), contribuant peu à l’évolution des produits (0,2 point). Les transferts reçus du FSV ont globalement diminué de 0,8%. L’effet de la baisse du remboursement par le fonds d’une partie du minimum contributif n’a pas été totalement compensé par l’augmentation de la prise en charge de cotisations au titre de la maladie (+5,4%) et du chômage (+1,6%), soutenue par la hausse de la cotisation forfaitaire et des effectifs pris en charge.  Les transferts reçus des autres régimes ont en revanche augmenté de 3,0%. Cela relève essentiellement de l’augmentation de l‘excédent du régime des salariés agricoles, découlant notamment de la hausse du transfert de compensation démographique qu’il a perçu. Enfin, le contrecoup de la régularisation négative intervenue en 2015 sur les affiliations rétroactives des militaires au régime général1 a entraîné une hausse des transferts perçus en 2016.



Les hauteurs de Cannes en quad
22 novembre, 2017, 17 h 44 min
Classé dans : Non classé

Avec les beaux jours, je multiplie les sorties nature. Et dernièrement, j’ai pratiqué une activité que je n’avais encore jamais faite : une promenade en quad à Cannes. J’ai adoré, mais vers la fin, j’ai discuté un peu par hasard de politique, avec un type qui paraissait détester cordialement Emmanuel Macron. Je dois dire que si je ne suis pas un fan inconditionnel, ses propos m’ont un peu agacé, tant les critiques semblaient gratuites. Et ce, d’autant plus que j’ai le sentiment que Macron fait preuve d’une assurance étonnante, jusque-là. C’est d’ailleurs plaisant, de noter la façon dont Paris et Berlin traitent les rapports internationaux. Madame Merkel préfère la franchise et le concret. Pour prendre un exemple récent, durant le G7 qui a eu lieu à Taormine, elle a avancé que les négociations entamées avec les Etats-Unis sur le climat étaient « très insatisfaisantes ». De retour du G7, elle est allée jusqu’à avancer que l’Europe ne pouvait plus faire confiance aux Etats-Unis ! Un constat pragmatique et sans appel face aux errements de Trump et sa politique du America First, quel qu’en soit le coût. Le chef de l’Elysée a quant à lui préféré adopter une toute autre attitude : il déborde d’optimisme. Ainsi, il a vu certains « progrès » dans les négociations sur le climat, et a qualifié Trump d’homme « pragmatique ». Cette volonté d’ouverture apparaît également dans ses relations avec le Kremlin. Macron s’est démarqué de son prédécesseur en faisant le choix de sourire à Poutine, ce qui est, en soi, une petite révolution. Alors bon, comme l’a noté madame Le Pen, la politique étrangère de Macron se réduit jusqu’à présent à pas grand-chose. Mais ça, c’est réfléchir à l’ancienne manière, je pense. Je dirais pour ma part que notre président essaie de produire un dialogue en instaurant un climat de confiance, et cela pourait se révéler bien plus sain que la rigidité de Hollande & Co. Macron tente avec la Russie un reset des relations,et c’est à mon sens une bonne chose Au passage, cette virée en quad m’a fait passer un excellent moment. Si vous habitez près de Cannes, je vous recommande l’aventure ! Voilà le site par lequel je suis passé, si vous voulez jeter un oeil. ;) Suivez le lien pour en savoir plus sur cette rando en quad à Cannes.

quad2 (2)



Le développement durable
22 novembre, 2017, 9 h 10 min
Classé dans : Non classé

Le genre humain a parfaitement les moyens d’assumer un développement durable, de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire les leurs. La notion de développement durable implique certes des limites. Il ne s’agit pourtant pas de limites absolues mais de celles qu’imposent l’état actuel de nos techniques et de l’organisation sociale ainsi que de la capacité de la biosphère de supporter les effets de l’activité humaine. Mais nous sommes capables d’améliorer nos techniques et notre organisation sociale de manière à ouvrir la voie à une nouvelle ère de croissance économique. La Commission estime que la pauvreté généralisée n’est pas une fatalité. Or, la misère est un mal en soi, et le développement durable signifie la satisfaction des besoins élémentaires de tous et, pour chacun, la possibilité d’aspirer à une vie meilleure. Un monde qui permet la pauvreté endémique sera toujours sujet aux catastrophes écologiques et autres. Pour satisfaire les besoins essentiels, il faut non seulement assurer la croissance économique dans les pays où la majorité des habitants vivent dans la misère, mais encore faire en sorte que les plus démunis puissent bénéficier de leur juste part des ressources qui permettent cette croissance. L’existence de systèmes politiques garantissant la participation populaire à la prise de décisions et une démocratie plus efficace dans la prise de décisions internationales permettraient à cette justice de naître. Pour que le développement durable puisse advenir dans le monde entier, les nantis doivent adopter un mode de vie qui respecte les limites écologiques de la planète. Cela vaut pour la consommation d’énergie, par exemple. En outre, une croissance démographique trop forte peut accroître les pressions qui pèsent sur les ressources et freiner l’amélioration du niveau de vie; le développement durable n’est donc possible que si la démographie et là croissance évoluent en harmonie avec le potentiel productif de l’écosystème. Cela dit, le développement durable n’est pas un état d’équilibre, mais plutôt un processus de changement dans lequel l’exploitation des ressources, le choix des investissements, l’orientation du développement technique ainsi que le changement institutionnel sont déterminés en fonction des besoins tant actuels qu’à venir. Nous ne prétendons certainement pas qu’il s’agit là d’un processus simple. Des choix douloureux s’imposent. En dernière analyse, le développement durable est bien une affaire de volonté politique.


123456

Latetefroide |
Pourmonpetitnils |
Mon histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Penseesdunefillelambda
| Ma petite vie
| Louloute2004